Europe et international : partage d’expériences entre professionnels de l’animation

Depuis 15 ans, des structures du secteur socioéducatif, adhérentes aux Francas, se réunissent à l’île d’Yeu au début de l’automne dans une ambiance conviviale pour partager leurs expériences des échanges interculturels à l’international avec les adolescents et les jeunes. Reportage en immersion.


Les 13 et 14 octobre une trentaine de professionnels de l’éducation ont embarqué pour l’Île d’Yeu  avec au programme : des jeux, des ateliers, des témoignages, des retours d’expériences. L’occasion de réunir des profils différents (responsables, coordinateurs de projets, animateurs, services volontaires européens, services civiques) pour partager les points de vue sur les questions de mobilité. Jeudi en fin de matinée, le groupe accoste et est accueilli par Yann, professionnel à l’espace jeune de l’Île d’Yeu et habitant depuis plusieurs années. Après l’installation dans le gîte et un repas aux saveurs iodées, les activités ont commencé par l’intervention de Roland Biache, Délégué général de Solidarité Laïque ; un témoignage portant sur le thème « International, Interculturel et laïcité, en quoi est-ce compatible ? ». En remontant des années en arrière avec la chute du mur de Berlin en 1989 qui a marqué la fin du bipolarisme, en passant par la mondialisation représentant l’unification économique, Roland Biache a évoqué la notion l’interculturalité présente aujourd’hui dans notre société. Il la qualifie ainsi : « identité, nation, citoyenneté, migrations, échanges ». Selon lui, « La culture est le mode de vie d’une société ». A la suite de ces propos, Michelle Bureau, Déléguée nationale des Francas en charge de la région des Pays de la Loire a éclairci la notion de multiculturel : « c’est le croisement de plusieurs communautés : quand on parle de « multi » et « d’inter » c’est important de penser à ça ».

En fin d’après-midi, le groupe de participants s’est divisé en deux : le premier a procédé à un rapide tour de l’île guidé par Yann. Tandis que le deuxième, a pris en charge la restauration du soir en concoctant un plat de lasagnes ainsi que des tartes faites maisons. Après une nuit de repos, la journée du lendemain a débuté par le jeu des « chaises musicales » version solidarité, sous la houlette de Cristina, jeune roumaine en Service volontaire européen (SVE) ; un moment parfait pour commencer la journée du bon pied ! Quatre groupes ont ensuite discuté de questions de société : « ma vision du temps », « quel être social suis-je ? », « comment je concrétise le rapport homme/femme dans la société ? », « mes convictions sur le rapport à la différence », Ce temps a donné lieu à des débats tous plus enrichissants les uns des autres ; il en est ressorti la question de représentation en société.

Des actions interculturelles

Les échanges se sont poursuivis par le témoignage de Cristina. Elle a raconté son séjour en France pendant un an dans le cadre du Service de volontariat européen. Cette expérience représente pour elle, « de belles rencontres, des découvertes et de la motivation ». Roger Rotoguem, jeune camerounais animateur socio-culturel dans une association partenaire des Francas, est venu en France en stage pour se former au métier de coordinateur projet enfance/jeunesse. Il s’est exprimé sur son ambition de créer davantage de forums, de réseaux qui permettraient d’éduquer les jeunes ; par exemple leur faire connaître les différences qui existent entre la diversité des pays du continent africain.

Lamine Bah, responsable du suivi et et de l’évaluation pour l’association RAJ-Gui, partenaire guinéen des Francas,  a partagé son expérience d’animateur sur l’apprentissage du Certificat d’aptitude fonction animateur (CAFA), qui est l’équivalent français du BAFA ; ainsi que les projets en cours avec les Francas, comme le prochain partenariat entre une maison de quartier de la ville de Nantes et celle de Boké en Guinée. Des présentations qui nous ont fait voyager par la pensée, en parfait accord avec ce court séjour dépaysant.

Notre volonté aux Francas est d’animer tout au long de l’année un réseau avec des actions conduites par des professionnels ouverts sur le monde

Martine Sausseau, chargée de développement des Francas de Vendée et Michelle Bureau, déléguée nationale, résument cette rencontre et soulignent l’importance du réseau : « il regroupe des professionnels de l’action éducative qui agissent au sein de nos structures enfance-jeunesse adhérentes aux Francas. Ces journées permettent de croiser les regards pour créer des projets d’échanges en Europe et à l’international. L’animation des échanges facilite la compréhension de la réalité des mobilités souhaitées ou subies que les professionnels rencontrent dans leur territoire d’intervention auprès des publics enfance-jeunesse. L’objectif de ce réseau est de partager les bonnes pratiques, s’enrichir mutuellement pour sortir de son isolement et confronter ainsi les points de vue et les projets. Notre volonté aux Francas est d’animer tout au long de l’année un réseau avec des actions conduites par des professionnels ouverts sur le monde ».

  • img_2991
  • img_2942
  • img_2914
  • img_2971
  • img_2966
  • img_2956
  • img_2960
Rédigé par Les Francas Pays de la Loire